Après un bon petit déjeuner nous avons commencé la visite du centre avec Raul, et nous avons fait la connaissance des animaux que nous allions entrainer : un Tapir, un Jaguar, deux Pumas, un Ocelotet un Yaguarundi.

Contrairement à ce qui était prévus nous n’avons pas trois mais six animaux à travailler, ce qui n’est pas pour nous déplaire.

Nous sommes mandatés pour amorcer un travail de médical training sur tous, la finalité étant de pouvoir faire une injection. La plus grosse difficulté est que, hormis Préciosa la Jaguar, aucun des animaux n’à été entrainés jusqu’à maintenant.

Après cette visite Isis et moi avons organisé notre méthode de travail, préparé nos questions ainsi que le matériel dont nous avions besoin. Il fallut connaitre les rations journalières et hebdomadaires, les organiser afin de mettre en place les entraînements. Les animaux n’ayant pas d’entrainement, certains mange juste une fois par semaine, d’autres trois et nous devons étaler tout cela sur la semaine, un véritable casse tête qu’Isis à su résoudre.

Nous avons préparé des pics de bambou, avec Raul, pour pouvoir nourrir les animaux lors des entraînements.

Nous avons préparé des pics de bambou, avec Raul, pour pouvoir nourrir les animaux lors des entraînements.

Nous avons préparé des pics de bambou, avec Raul, pour pouvoir nourrir les animaux lors des entraînements.

Arrivé vers 11h la température et l’humidité ont eu raison de moi. Un mal de tête apparu ainsi qu’un manque d’énergie, je transpirais comme je n’ai jamais transpiré, et sans arrêt ! Je n’ai jamais autant subi la chaleur. Même la douche et le T-shirt mouillé enfilé après le repas n’ont pas réussi à faire redescendre ma température. A 14h j’étais déjà à 2 litres d’eau et deux Dolipranes.

Isis, quant à elle, a continué de travailler pendant la pause. Son côté pointilleux m’est très utile et son travail de traduction indispensable. Dès le premier jour, je suis reconnaissant de l’avoir à mes côtés.

15h, nous rejoignons les employés pour préparer la nourriture des animaux. 1h30 intense de traduction pour Isis, afin de bien organiser la mise en place des rations, et de découpage de bœuf, de poulet et de porc.

2. Début des entraînements

Nous avons ensuite fait les premiers entraînements avec les animaux. N’étant pas entrainés, le son du Clicker ou du sifflet ne nous permet pas de marquer les comportements. Il faut tout d’abord leur apprendre que ce son annonce une récompense pour que, par la suite, chacun comprenne que c’est lui, de part ses comportements, qui va provoquer ce son.

Le manque d’espace, de stimulation, et pour certains un passif avec l’humain peu agréable,  les rendent un peu nerveux et vifs, ce qui va nous demander une gestion de leurs émotions. De plus, il nous manque une plateforme dans la cage de Préciosa la Jaguar qui a été déjà entrainé a monté dessus, ce qui ralentis un peu notre mise en place de l’exercice. La cage de Cristal l’Ocelot, en est dépourvue également.

C’est sur cette première prise de contact que nous avons finis cette journée très intense en organisation, pour preuve, c’est à 20h que nous avons regagné nos lits.