Nous vivons notre première pluie amazonienne et quant il pleut il pleut ! Ca n’a pas duré longtemps mais maintenant nous redoutons le retour du soleil qui rendra l’air étouffant et chargé d’humidité.  Notre train-train est en place, 8h préparation des rations, découpage de viande et vidage de poulet, après le petit-déjeuner rien de tel pour bien commencer la journée ! Nous prenons beaucoup de plaisir à entrainer et nous voyons déjà des changements de comportement chez la plupart de nos protégés, ils commencent à comprendre que nous leur demandons de réfléchir. En début de semaine, beaucoup partaient plus loin manger leur récompense, aujourd’hui ils restent quasiment tous près de nous.

Après le repas nous avons fais une démonstration de Clicker à des volontaires afin qu’ils puissent comprendre le travail que nous effectuons auprès des animaux.

DSC_0219

Nous n’avons fait qu’un seul entrainement car durant l’après-midi une pirogue chargée de matériaux est arrivée. Ces derniers sont destinés à être assemblés pour créer des enclos car d’ici une semaine deux nouveaux réfugiés vont vivre au Centre de Secours Taricaya : des Ours Andins. Une bonne nouvelle surtout que l’on nous a demandé d’amorcer un travail sur eux.

La pirogue est arrivée vers 16h, nous avons déchargé des planches de bois, des moellons et des sacs de ciments de 42kg. Ils ont été emmenés de la berge au centre par le seul moyen le plus efficace ici, une chaîne humaine. Seuls les sacs de ciment ont été montés directement. J’en ai porté deux en gravant les marches à vive allure, sans rythme, je serais surement tombé !

Nous finissons au bout d’environ 2h et sautons dans le Rio Madre de Dios pour une baignade rafraîchissant, même si l’eau est plus chaude que celle de nos douches.

Nous avons autour de nous des personnes de tout horizon. Nous commençons à bien faire connaissance avec les volontaires : 2 Anglais, 4 Allemandes, 1 Néo-Zélandais, 1 Belge, 1 Italienne, 1 Mexicaine, des étudiants en primatologie, des biologistes, d’autres personnes venus pour faire autres choses que leurs travails quotidiens et des étudiants venus vivre une expérience avant de rentrer à la fac. Je tente tant bien que mal à me faire comprendre mais je me débrouille pas trop mal.

Donec id Aliquam leo. neque. commodo efficitur.