1. Paris – Madrid – Lima

passeport1

Le premier vol a duré environ deux heures, nous sommes arrivés vers 22h15 à l’aéroport de Madrid, notre  annonce 28 minutes de marche !!
C’est le début de la course. L’aéroport de Madrid semble interminable et vraiment immense, je peine un peu avec mon sac à dos de 12Kg.

Un panneau des départs nous arrête et nous trouvons notre vol mais avec un départ à 23h55 !
On ne prendra pas de risque, nous continuons de courir pour arriver à la porte A : départ 23h55.

Après un instant de récupération, le bureau de change affichant “no commision” nous invite à changer des euros contre des Sol, la monnaie Péruvienne, 1€ représente 2,56 Sol.

1 heure 30 d’attente nous décollons pour Lima. Sur 12 heures de vol nous avons pu dormir une bonne partie, c’est l’avantage de partir de nuit, cependant trois grosses zones de turbulences nous ont bien secouées, l’une d’entre elles dura 10 bonnes minutes !

2. Lima – Cuzco – Puerto Maldonado

6h00 du matin heure local, atterrissage à Lima. Le prochain vol est à 8h.
Commence une épreuve de contrôle : immigration – bagage – douane – enregistrement – douane – embarquement. Il nous reste alors plus que 2 heures d’avion!

 

La Cordillères des Andes

Lors de ce vol nous avons rencontré Roberto un policier Péruvien qui revenait de Lima, c’était un ancien agent cynophile dans la détection de stupéfiant aujourd’hui devenu motard.
Ce fut une rencontre intéressante et enrichissante sur la situation sociale et politique du pays. D’après ses dires, la corruption semble être aussi forte que dans les pays d’Afrique et la difficulté d’accès à la culture rend la population très vulnérable et incapable d’améliorer sa condition.
J’avais déjà conscience de cette situation en Amérique Latine, mais c’est une chose de le savoir et cela en est une autre de l’entendre de la part d’un policier dont on visite le pays !
Roberto nous a aussi montré la situation de la forêt au Pérou. En effet, nous avons pu apercevoir du ciel les conséquences d’une politique non-protectrice de son environnement et surement couplée à la consommation international importante de bois. Les investisseurs étant surtout des étrangers d’Orient et d’Occident.

Les grandes tâches marrons sont le résultat d'une déforestation massive et non contrôlé par l'état.

Les grandes tâches marrons sont le résultat d’une déforestation massive et non contrôlé par l’état.

4. L’arrivée à Puerto Maldonado

Nous avons atterri vers 10h du matin (heure locale), sur une piste en plein milieux des arbres. Si nous avions été dans un plus petit avion, j’aurais bien imaginé Pablo Escobar nous attendre en bas ! Après être descendus sur le tarmac, nous avons laissé Roberto afin de récupérer nos bagages. Un taxi de l’hôtel est venu nous chercher et nous avons enfin pu souffler ! Une bonne douche et un instant pour dire à nos proches que nous étions bien arrivés.

Le temps me manquant, je ne pourrais pas vous raconter la suite de notre arrivée. En effet, nous prenons une pirogue dans quelques heures et je ne pourrais pas me résigner à bâcler notre récit.
Nous partons pour 6 jours dans la jungle, je vous raconterais la suite samedi prochain !
Excusez-moi pour le manque de détails dans la mise en page, celle-ci sera arrangée tôt ou tard!
A la semaine prochaine !

Isis et Moi sur le tarmac de l'aéroport de Puerto Maldonado

Isis et Moi sur le tarmac de l’aéroport de Puerto Maldonado